Home » Les gens ont moins de rapports sexuels avec préservatif pendant la pandémie

Les gens ont moins de rapports sexuels avec préservatif pendant la pandémie

L’entreprise Karex produit un préservatif sur cinq dans le monde, en général environ cinq milliards par an. Mais l’année dernière, la demande mondiale de préservatifs a fortement diminué. Les gens se protègent-ils plus négligemment en période de pandémie ?

Baisse spectaculaire des ventes de préservatifs

Les attentes concernant le comportement des gens pendant leurs loisirs étaient élevées : pendant la pandémie, les gens seraient plus câlins, selon l’estimation de nombreux experts. Comme lors des grandes pannes de courant et d’autres événements similaires qui paralysent la vie publique, les gens se consacreraient plutôt à un plaisir très simple, à savoir le sexe.

Si cette attente correspond effectivement à la réalité, nous pouvons nous attendre à une explosion soudaine du taux de natalité dans quelques mois. Selon Karex, l’un des plus grands fabricants de préservatifs au monde, dont fait partie la marque Durex, les ventes de préservatifs ont en effet chuté de 40% au cours des deux dernières années.

Moins de rapports sexuels à cause des lockdowns

Mais il se peut que les gens ne soient pas devenus plus imprudents, mais plus inactifs sexuellement. Selon les informations de Goh Miah Kiat, le CEO de Karex, la baisse des ventes n’est pas due au fait que les gens sont plus négligents en matière de contraception. Ils manquent plutôt d’opportunités.

Karex considère le secteur de l’hôtellerie et des loisirs comme un marché important. Or, pendant le lockdown, ces établissements n’étaient que partiellement accessibles, voire pas du tout. Cela a apparemment privé de nombreuses personnes de l’opportunité de se retrouver dans un endroit discret pour des rencontres d’un soir, des rendez-vous d’escorte et d’autres rencontres sexuelles.

En outre, de nombreux programmes gouvernementaux de distribution de préservatifs et de promotion de la contraception ont été supprimés pendant la pandémie.

Des montagnes russes d’émotions

Pour la deuxième fois depuis l’apparition du nouveau coronavirus, le fabricant malaisien de préservatifs a donc été frappé de plein fouet. Au début de la pandémie, Karex avait déjà connu des difficultés, mais d’un tout autre ordre : la production avait rapidement chuté. A tel point que Karex a même dû mettre en place une .

La raison en était alors les restrictions de contact. Karex a dû arrêter la production dans trois usines de préservatifs malaisiennes et la production a tourné au ralenti. Ce n’est que plus tard que le fabricant a obtenu une autorisation spéciale – sinon, outre les étagères vides de papier toilette et de pâtes, le casier à préservatifs serait également devenu bien vide dans certains endroits.

L’évolution de la pandémie nous dira si les choses vont continuer à être aussi passionnantes. Mais Karex, au moins, a levé l’alerte. La production est fiable et la demande repart.

Caverne de Venus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page